Roquebrune – St-Vallier-de-Thiey

http://parapente.ffvl.fr/cfd/liste/2014/vol/20156828

God Bless the Macaroni

Depuis plusieurs années, j’ai nourri peu à peu le rêve de relier Roquebrune à Gourdon.
Ce rêve, arrivé à maturité,  prenait la forme d’une trajectoire assez directe par le Sud. Je souhaitais réaliser ce parcours avec la manière, sans faire de détour par le Nord pour éviter les difficultés.

Le problème principal sur cet itinéraire est la zone allant de Blausasc à la plaine du Var.

Le Mont Macaron tout d’abord. C’est un site FFVL (!) que je connais un petit peu, j’y suis allé 5-6 fois. Malgré l’entrain initial de la mairie de Cantaron et du club Roquebrun’ailes, ce site n’a jamais eu le moindre succès. La légende voulait que certains pilotes y avaient déjà fait de jolis vols, mais en les questionnant, il s’avérait qu’il n’en était rien.

Accès compliqué, déco horrible, lignes HT mais surtout, un rendement minable ! Pentes faibles, sol sableux, forme bizarre… le pauvre Macaron n’a rien pour lui.
J’y suis allé par diverses conditions, traquant le thermique, traquant le dynamique par vents forts… Je me rappelle surtout d’un jour sur-fumant où les cums poussaient sur chaque montagne sauf au dessus de moi…

Pour en finir avec le contexte, en décembre 2014, à la faveur d’une journée sans grand potentiel à cause d’étalements rapides et épais, j’ai glidé contre le vent d’ouest en partant du Golf de Laï Bareï à 1500. J’ai pu remonter de très bas en dynamique à la faveur d’une pente peu pentue bien orientée et, une fois parvenu au sommet, j’ai grillé les 5 minutes qui restaient de soleil à chercher un thermique: rien de rien, comme d’hab 🙁

Le Mont-Chauve. En cas de succès au Macaron, il semble plus propice. De mémoire, Luc y avait décollé en Ultradaube, se rééducant à la suite de son premier crash. Cherchant à chaque fois à se poser le plus près possible de Nice, il flirtait avec les 2 THT alimentant Monaco et se posait dans un champ compliqué en pente à Gairaut. Je n’avais pas d’infos sur le potentiel thermique, mais pour être allé m’y ballader, cela me semblait pas mal. De la pente arride, des fours…

Le problème est qu’il est cerné de 2 grosses lignes HT. Bonne nouvelle, une fois raccroché, au sud il n’y a pas trop de soucis pour se poser… à priori, si on étudie le truc sérieusement. Une ligne bien vicieuse disqualifie quand même 75 % de la zone la plus propice quand même 😉

Du sommet du Mont Chauve, il faut pouvoir transiter vers la Gaude ou plus vraisemblablement Carros, en fonction du plaf. C’est loin d’être une formalité d’après mes calculs. Il est toutefois facile de s’échapper dans la vallée du Var depuis le sommet et moins haut.

Le 19 janvier 2015

Donc nous voici le 19 janvier 2015, les prévisions sont assez mitigées pour le 20 avec un voile d’altitude dès le matin et un front arrivant dans la foulée. Il y a aussi du vent d’Est, peut-être trop. Ce qui me fait tenter, c’est surtout l’emmagramme qui annonce une très bonne instabilité, même dans les couches les plus basses. Je me fais une petite feuille de route et charge la gopro et l’appareil photo.  Autre indice, en ce moment c’est souvent un peu mieux en vrai que ce qui est prévu.

10904093_10152796829294900_8360601233814597601_o

Le 20 janvier 2015

Premier coup d’oeil vers 8h30 vers le ciel : et bah c’est vite vu 🙁 Tout est baché, pas de parapente.

J’habite en ville mais Nico et Gilles confirment aussi. Finalement vers 9h30 on aperçoit un peu de bleu, rdv 10h30 Turbie. En prenant la voiture je m’aperçois qu’il a copieusement plu pendant la nuit.

On décolle vers ???? h avec Nico, sous les yeux de Gilles et Pierre, quelques secondes après qu’un voile masque très durablement le soleil. C’est la lutte, on bataille. Je donne tout ce que je peux pour cirer les faces Est avec Nico, et finalement j’arrive à me hisser suffisamment pour survoler les falaises du cirque qui sont encore au soleil. Cela me permet d’arriver à la cabane où tout le secteur est au soleil. Je vois Pierre Gilles et Nico lutter au Mont-Gros dans l’ombre et je m’estime bien bien veinard au soleil.

Malheureusement ça ne monte pas bien haut. Je prends mon temps, devant faire face à des périodes d’ombre sur mon superbe appui dynamique. Pour passer le temps, j’essaie de filmer mais je n’entends aucun bip. Tant pis pour la videos.

Finalement je décide de décaler – car les rares bons thermiques décalent – et je me retouve, 30 min après être arrivé ici, à enrouler entre les 2 énormes antennes et leurs haubans. J’ai vraiment peu d’altitude mais j’ai tellement décalé que je dois tenir bon et tenter le coup.

Très peu de temps après avoir perdu l’ascendance, à peine lancé dans une transition éperdue vers le Macaron, je trouve de bons trucs provenant des faces ouest sous le vent. Ca monte de manière très turbulente mais j’arrive à tenir l’aile et à rester dans les ascendances : YESSSSSSSSSS Je prends mon temps, gratte tout ce que je peux et finalement j’arrive sur le Mont Macaron au dessus de la ligne THT.

10945882_10152799660774900_6962508475347476948_o10914828_10152799661299900_3012535149624567267_o

La peur m’envahit, j’arrive sur ce site en Outsider. La loose est là qui me regarde. Je choisis de dépenser mes quelques dizaines de mètres de sursis à m’acharner au dessus de la plus grande zone calcaire plutôt que me rendre sur la bosse la plus sexy : yes ça bipe !

Je suis concentré à 200% pour tenir le truc sous les yeux des randonneurs. Yesss !!!

Finalement je suis maintenant à des hauteurs propices pour continuer. Bye bye Macaroni !

10927852_10152799661484900_1796218996507635738_o

Ma joie est de courte durée car je prends une trajectoire assez merdique et je me vois même finir bloqué. Moi qui rêvait, avec ce gaz rarissime et chèrement acquis, d’arriver directement en haut, je dois passer par devant.

10923753_10152799662049900_6372853144306280261_o10872946_10152799661739900_9168386380030737538_o

J’arrive 50m au dessus de la ligne THT . Si je ne trouve pas de gros thermique d’emblée, je suis quand même soulagé et super optimiste. Les pentes sont raides et arrides, le vario bipote régulièrement. J’ai passé le Macaron, s’extraire du Chauve ne sera qu’une formalité.

10869363_10152799662684900_409771695472159010_o

Effectivement je me hisse sans peine au sommet, je profite du paysage tout en étudiant la situation. Un bon pierrier et un four calcaire 100m plus bas devraient donner : yesss ça dépote… mais c’est des trucs si turbulents. Ils décallent trop fort, tantôt en SE, tantôt en SO. C’est également très cyclique avec de longs coups de mou. Bref, de quoi tester le moral.

Je perds la bulle 1 fois, 2 fois, 3 fois… le doûte commence prendre sa place et je dois remettre mes choix en questions : il faut aller voir devant sur ces magnifiques faces ouest. D’ailleurs un cum commence à se former assez haut. Difficile de dire d’ou il vient avec les SU et l’Est en haut. Seule certitude, c’est plus au sud qu’où je me trouve. Trop au sud certainement.

Je fais une petite incursion au Sud-Ouest  en petit joueur. Je commence à me replier pour en refaire une plus ambitieuse en partant avec plus de gaz… et là : Thermique !!!

Plus sain, plus large… ce n’est définitivement pas celui du cum que j’ai vu,  mais ça s’enroule. Je commence à bien décaller et quand je me retrouve sans plus rien,loin des 1500m escomptés. Hésitation entre les falaises plus au nord à Aspremont et la poursuite immédiate de l’aventure. Finalement, je me lance vers Carros.

10917225_10152799663099900_6641075509777479711_o

C’est vraiment limite, mais je ne désespère pas de trouver des petits relais en survolant cette vallée somme toute assez minérale. Routes, galets, immeubles, hangars !!! C’est instable depuis le sol dixit meteoblue !!! Si le Macaron donne, tout donne !

Le miracle du mec qui y croit se produit en prenant quelques thermiques made in Carros City. Merci !!! Ce n’est qu’un surcis, car je perds les bips et je vais quand même arriver bien bas sur les reliefs.

Encore à 50 m près, j’arrive à survoler une espèce d’abbaye massive. Quelqu’un à eu la bonne idée de la construire de pierres bien claires. Ce quelqu’un à eu aussi la bonne idée de réaliser l’enceinte et les sols avec la même matière, de choisir une belle exposition ensoleillée, de mettre peu d’arbres – qui en plus perdent leur feuilles en hiver – et de situer le tout en contrebas d’une petite falaise pour bien redresser, canaliser et amplifier l’ascendance: du travail d’orfèvre !

A partir de ce moment ça va remonter assez laborieusement mais surement. J’enroule avec un oiseau et je vois une aile sur la Gaude ! Bruno ?

Je m’applique pour pouvoir avancer au sud et je rejoins d’aile, une Ozone verte et rouge qui monte facilement. La suite est peu rejouissante, tout est à l’ombre depuis un moment de Saint-Jeannet à Gourdon. Ca sent encore la lutte.

Mais j’arrive à faire plus de 1450au Baou de la Gaude, je m’imagine même à un moment poussé par le vent juqu’à Vallette… mais non.

Ca ne glide pas bien, ça ne bipe plus. Juste en traversant vers le puy de Tourette, les roches du fond de vallon me donnent un thermique reconfortant, super compliqué à tenir mais je ne vais pas me laisser intimider.

10847244_10152799663354900_6438175645417313984_o

Yess je vais arriver presqu’à hauteur du puy de Tourette… et ca remonte. Finalement je peux passer par le haut et je trouve régulièrement de quoi monter.

J’enroule au dessus de la cracasse d’avion avant d’arriver à Courmettes, enfin je me détends et je crie des gros Yesssss Yesssss Yessss Yesssss ! Vraiment trop heureux !!! Ca c’est du vol mérité !!!

Finalement toujours euphorique, épanoui, accompli, je réussis à faire un bon plein à Courmettes et je continue….

10923714_10152799664269900_3757037020441989139_o10924224_10152799664414900_670758783314179477_o

Jusqu’à Cavillore « histoire de », sans aucune pression, juste pour le plaisir.

Puis la Boule.10945774_10152799664634900_4190258901990466880_o

Puis Grasse.

Puis Saint-Vallier (qui ne s’est pas laissé atteindre facilement).10842332_10152799665004900_8459131193661515286_o

10945071_10152799665169900_122513946860417586_o

 

Deux grands mercis à JV qui m’a accueilli chaleureusement et à Bruno qui est venu me chercher !

Sans oublier Pierre Gilles et Nico, ainsi que tous les autres copains.

Laisser un commentaire